Le Berri Café: pour l'amour de la nourriture bio

Publié le 9 Mars 2016

 

«On offre aux clients ce qu'on mange nous-mêmes». Les standards culinaires de Jacques et Danielle, le couple qui vient d'ouvrir les portes du Berri Café, dans le quartier Villeray, sont élevés: «95 % de ce qu'on sert est bio, et le reste est local», ont-ils résumé.

Au menu de ce café, qui se définit davantage par sa nourriture que par son café, on trouve en effet des grilled-cheese dont le fromage provient de la fromagerie La Station, en Estrie, de même que des muffins et des gâteaux faits sur place. «C'est simple, des croissants, on n'en a pas, parce qu'on n'en fait pas», a résumé Jacques Paquin.

L'ambition du Berri Café n'est toutefois pas d'être un restaurant, et c'est la raison pour laquelle ses portes ferment à 17 h. «Ce qu'on veut surtout, c'est offrir un service personnalisé», a précisé le propriétaire, qui tient à ce que ses clients se sentent à la maison et qui n'hésite pas à apporter sa touche personnelle à chaque plat.

LUMINEUX ET AÉRÉ

L'endroit n'a toutefois rien d'un salon. Avec ses grandes fenêtres donnant sur les rues Faillon et Berri, il est très bien éclairé. Sa décoration est soignée et sa propreté, irréprochable.

On sent aussi l'effort que les propriétaires ont mis pour que les clients ne se sentent pas à l'étroit, avec sa terrasse extérieure, ses grandes tables et ses vastes espaces qui peuvent accueillir autant les nouveaux parents de Villeray avec leur poussette (une table à langer et une chaise haute sont sur place) que les étudiants et les jeunes professionnels avec leurs ordinateurs portables.

Pour une dizaine de dollars, ces derniers auront le choix entre trois repas la semaine et deux types de brunchs, sucré ou salé, la fin de semaine, dès 9 h 30. Lors de notre passage, l'ardoise, qui change tous les trois ou quatre jours, annonçait un grilled-cheese avec guacamole , une quiche en croute de quinoa en version végétarienne ou avec bacon, ainsi qu'un BLT de style italien avec pancetta, parmesan, tomate et salade. Fais maison, bien sûr.

Quant au café, il est de tradition italienne et provient du microtorréfacteur montréalais Barista. Jacques Paquin assume entièrement son choix de ne pas avoir succombé aux charmes du latté art ou du café de la troisième vague: «On voulait un mélange 100 % bio et équitable, mais on voulait quand même un café assez torréfié, avec peu d'astringence.»

 

Pour l'acidité, Jacques et Danielle suggèrent plutôt leur limonade maison, dont la popularité a fait boule de neige depuis l'ouverture, il y a à peine cinq semaines. En voici d'ailleurs la description.

 

 

LIMONADE DU BERRI CAFÉ

Faite à partir d'un sirop de zestes et de jus de citron et de limes concocté par Danielle elle-même, la limonade est agrémentée de menthe du Québec. « C'est comme un mojito sans alcool», a résumé la propriétaire.

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Bouffe Resto

Repost 0
Commenter cet article