Le café Melk s'installe au centre-ville

Publié le 13 Mars 2016

 

 

Le centre-ville est de retour. Et le nouveau Café Melk, coin Stanley et René-Lévesque, est le dernier à rejoindre les Taverne Dominion, Myriade et autres Café Parvis.

«D'après nous, on offre une ambiance qu'on ne retrouve pas beaucoup dans le quartier. Les gens sortent de leur tour et viennent prendre une bouffée d'air frais chez nous», ont expliqué ses propriétaires.

Dominique Jacques et Myriam Asselin convoitent depuis longtemps le local de la rue Stanley dans lequel ils viennent d'ouvrir leur second café Melk. « Ça a pris trois ans avant de l'avoir. Entre temps, on a fait nos preuves avec le premier café, rue Monkland, où on a été super bien accueillis par la clientèle du quartier», a expliqué Dominique.

Ce qu'on retrouve, dans ce «hole in the wall», à deux pas de Chez Paré, c'est le même souci de qualité dans les boissons que dans leur établissement de Notre-Dame-de-Grâce: des cafés de microtorréfacteurs qui changent tous les jours (lors de notre passage, l'espresso du jour était le Guatemala Poaquil de 49th Parallel et le café filtre, le Tupac Peru de Detour), ainsi que les thés de Camelia Sinensis .

 

Même chose côté nourriture. «On essaie de faire de la cuisine comme nos mères, avec des bons ingrédients et sans ajouter trop de sucre, explique Myriam Asselin, qui prépare des scones, des muffins, des biscuits et d'autres grignotines sur place, dans un second local situé au deuxième étage de la boutique. Difficile de faire plus frais!

Troisième vague le Café Melk? La question ne s'est même pas posé pour Dominique Jacques, qui est définitivement tombé dans la marmite lorsqu'il travaillait au Humble Lion et au Arts Café. «Avant, les gens qui avaient des cafés, ils avaient de l'ambiance et des locaux, mais, ils n'étaient pas nécessairement bons dans le café. Maintenant qu'on a du bon café, on peut faire mieux!»

De fait, les paramètres de préparation des torréfacteurs (poids du café au gramme près, température, etc.) sont scrupuleusement respectés au Melk. «Si l'extraction de mon espresso n'est pas entre 27 et 31 secondes, c'est simple, je le jette et j'en fais un autre», a expliqué Dominique Jacques.

«Hole in the wall, disions-nous? Pour la petitesse du local, soit, mais pas pour la décoration du local, un ancien restaurant rapide où tout a été refait avec gout: hauts plafonds en bois, simplicité et la splendide machine La Marzocco qui trône sur le comptoir. «Notre objectif, c'était que ce soit beau sans être vintage, donc tout est neuf», a indiqué Dominique Jacques.

Scone et cappuccino

On a été séduit par le scone aux pommes maison du Melk, croquant à l'extérieur et tendre à l'intérieur, avec un soupçon de cannelle, juste assez léger. Accompagné d'un cappuccino parfaitement exécuté, c'était la définition du bonheur.

Aussi sur Canoe.ca:

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Bouffe Resto

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article