La Fromagerie Boivin pourrait acquérir la Fromagerie Lemaire

Publié le 17 Janvier 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vente possible de la Fromagerie Lemaire est l’objet de discussions avec la Fromagerie Boivin, de Saguenay.

C’est ce que reconnait Daniel Charest, le directeur général de l’entreprise familiale de Saint-Cyrille-de-Wendover, confirmant ainsi la rumeur lancée il y a quelques jours par Radio-Canada qui prétend que la transaction pourrait même être conclue d’ici ce printemps.

 

«Il y a des discussions, mais aucune signature n’a encore été apposée sur papier. Je ne peux en dire davantage», de faire valoir Daniel Charest, qui est l’un des propriétaires de la compagnie avec cinq autres membres de la famille Lemaire.

Selon lui, une conférence de presse sera organisée lorsqu’il y aura quelque chose à annoncer. «Mais pour le moment, il n’y a rien», a-t-il souligné, tout en déplorant que l’information qui devait être tenue confidentielle ait été coulée sur le site de Radio-Canada au Saguenay. Selon cette dernière, des discussions sont en cours depuis un certain temps déjà. La Fromagerie Boivin est située dans l’arrondissement La Baie.

Interrogé à savoir si le manque de relève est une des raisons qui incitent les dirigeants à envisager la vente de l’entreprise, M. Charest n’a pas voulu élaboré sur ce sujet. «Une chose est certaine, avec l’entente de libre-échange qui s’en vient avec l’Europe, permettant entre autres le dédouanement des fromages étrangers, il n’y aura que de très petites et de très grosses entreprises. Il n’y aura plus de place pour les fromageries de taille moyenne», s’est-il dit d’avis.

En décembre 2015, la fromagerie de Saint-Cyrille-de-Wendover avait fermé son comptoir situé sur la rue Heriot, près du parc Woodyatt, en prévision de se relocaliser ailleurs à Drummondville durant l’été suivant. Ce qui n’a pas été réalisé.

Pour le moment, la Fromagerie Lemaire, qui produit du fromage cheddar en meule et en grain, est aussi présente à Saint-Germain où elle compte un restaurant et un comptoir.

La Fromagerie Lemaire emploie actuellement une centaine de personnes.

 

 

 

 

 

 

Historique
C’est en 1936 que Marcel Lemaire, alors âgé de 25 ans et fraîchement diplômé de l’École de l’industrie laitière de Saint-Hyacinthe, est embauché comme fromager à la petite fromagerie coopérative du 3e rang Simpsons à Saint-Cyrille-de-Wendover.

En 1953, il achète la fromagerie et la coopérative est démantelée. Trois ans plus tard, son frère Henri-Georges devient son bras droit. Pour répondre à la forte demande, la fromagerie de la route 122 est construite. Le premier CheeseBar est créé et l’entreprise devient un réel projet familial. En 1966, la fromagerie doit déjà être agrandie et modernisée.

 

 

 

La décennie 70 est chargée d’émotions pour la famille Lemaire alors que Gilberte décède en 1970 et Marcel en 1978. Ayant reçu de leurs parents l’amour du fromage et l’âme entrepreneuriale, les cinq enfants Lemaire, Lise, Léo, Guy, Yves et Yvan prennent la relève et créent Fromagerie Lemaire ltée.

Le nouveau millénaire est placé sous le signe de l’expansion pour la Fromagerie Lemaire. Avec l’aide de Daniel Charest, un DG qui deviendra aussi actionnaire en 2012, l’entreprise prend de l’ampleur, passant de 35 à 100 employés.

En 2006, la Halte Chez Lemaire ouvre ses portes à Saint-Germain.

En 2011, la Fromagerie Lemaire installe un comptoir au Marché Public de Drummondville

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Gastronomie

Repost 0
Commenter cet article