Une machine développée au Québec pour aider à goûter l'érable.

Publié le 4 Avril 2017

 

 

Les goûteurs de sirop d'érable du Centre Acer, qui doivent tester la qualité de l'or blond québécois, peuvent désormais compter sur un nouvel allié: un robot-testeur développé à 100 % dans la Belle Province.

Méconnu, le métier de goûteur de sirop d'érable implique de tester jusqu'à 250 échantillons chaque jour.

«On boit beaucoup d'eau, on prend des "toasts melba" ou des biscuits soda quand on a un goût trop prononcé pour se "reseter". C'est la même chose qu'avec le café et le parfum. Ça paraît gros, mais une fois qu'on est dedans, ça se fait bien» a expliqué Serge Bolduc, vérificateur de qualité au Centre Acer.

Pour alléger sa tâche, le Spectr-Acer, un appareil 100% québécois, a été créé pour vérifier la qualité du sirop.

«La volonté, ce n'est pas de remplacer les inspecteurs, mais d'avoir un outil qui va les aider dans leur travail, les appuyer, et avoir une meilleure cadence», a expliqué Luc Lagacé, chercheur au Centre Acer.

Pour analyser un échantillon, il suffit de le placer dans un support. Le sirop est alors exposé à un rayon lumineux. Les résultats sont affichés en moins d'une minute.

La technologie agit comme une langue électronique. Elle garde seulement les bons produits, soit 90% de tout le sirop.

«Elle enlève les sirops qu'on a pas besoin de goûter, car elle considère qu'ils sont corrects. Elle les tasse, alors avec ça, déjà pour nous, ça allège la tâche» a ajouté M. Bolduc.

Chaque année, les 15 équipes de vérificateurs analysent 300 000 barils de sirop d'érable.

«Envisager d'augmenter le nombre d'équipe pour suivre la capacité de classement et l'augmentation de la production du Québec, c'est un réel défi. De là l'idée du Spectr-Acer», a expliqué Yves Point, le directeur général du Centre Acer.

«Avec ça, on est capable d'augmenter la cadence un peu plus. Le nerf de la guerre, c'est que tous les producteurs veulent être classés le plus vite possible», a raconté M. Bolduc.

Le centre Acer travaille actuellement sur le développement d'un autre prototype. L'appareil muni d'un bras robotisé sera déployé dès le printemps 2018.

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Gastronomie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article